SNFOLC Académie de Limoges

Accueil > Prises de position > Toile de fond pour AG !

Toile de fond pour AG !

mardi 6 février 2018, par Leina159

Urgence, stratégie oblige.... dans les AG l mais hors AG peu d’échanges "intellectuels" entre profs. Cet évitement n’est-il pas ce qui fragilise, désolidarise, fragmente toujours davantage nos milieux de travail enseignant... Pourtant, qui ne demande pas à ses élèves d’approfondir son travail ou ne lui reproche de ne pouvoir le faire ! ce qui est bien un appel à une réflexion. Il va sans dire que toutes les matières permettent l’élargissement des connaissances. Mais de l’approfondissement qu’en est-il ?

"Les enseignants se cantonnent à une analyse se limitant à leurs champs disciplinaires respectifs, laissant leur hiérarchie directe ( chef d’établissement et/ou Inspection pédagogique) le soin de sauver des postes, heures et services attachés à leur discipline de préférence .... lorsque les réformes surviennent. L’approche plus large et collective sur la thématique des statuts est à son tour en en cours d’enlisement au regard des budgets d’austérité revus à la baisse pour contenir les différences et inégalités de traitements.
Il reste aussi la possibilité de souligner dimension éducative placée sous leur responsabilité devenue immense devenue office de "fourre-tout" commode pour faire le tri parmi les meilleurs personnels de l’établissement Une telle surcharge devient une opportunité pour faire décharge de responsabilité éducative sur des personnels qui ne sont pas passés par une formation de socialisateurs de la jeunesse ou une école de travail social. Il faut alors jongler avec tous les moyens possibles pour ne pas déplaire à un tas d’individualités gravitant dans la salle de classe, et en dehors de la salle de classe. L’irruption massive d’élèves du genre " petits adultes en miniature" dotés de droits d’adultes et de portables crée un espace de situations inédites pour les adultes avec des risques suffisamment connus de tous, suffisamment documentés dans les médias, explorés par la Recherche, mais passés sous silence par leurs syndicats.

Mais c’est aussi en acceptant de ne pas vouloir désigner ce qui leur fait gagner leur vie ni comme un métier ni comme une profession, ils entérinent la possibilité d’assister à l’éclatement de leur travail en tâches et activités répétitives et monotones, standardisables donc génératrices de baisse de salaires, de déqualifications, de suppression de postes, d’exclusion.
Au final, c’est à une "semi-profession" à laquelle la plupart des enseignants sont référés par ceux qui les administrent alors que tous les échanges les impliquant empruntent le mot profession. En adhérant à ce double langage qui consiste à parler profession mais penser semi-profession, il devient possible de réformer le travail enseignant pour l’adapter aux besoins de la sélection des élites et de la nécessite de prolonger la période de socialisation de la jeunesse pour gérer les flux des entrées sur le marché du travail.
Une connaissance sur les professions médicales et sociale d’une part et sur le compagnonnage d’autre part, une lecture des travaux de recherche en sciences sociales sur le rapport entre travail et société moderne est ce qui permettrait d’étayer plus longuement l’exposé d’un tel point de vue. Une manière de travailler, avec un certain style assumé est ce qui permet de relier ce point de vue à des pratiques sur des réalités que beaucoup connaissent au quotidien pensant qu’il est vain d’approfondir et d’en parler.

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose